• Samuel Dupont-Fafard

Thé du labrador - Ledon du Groënland

Envie de vous réchauffer autour d’une bonne tasse de thé? Avez-vous déjà essayé une infusion au thé du labrador ? Non ?! Son goût est résineux et légèrement floral et sa couleur est ambrée. Un vrai délice ! Malgré son nom, ce n’est pas du tout du thé, botaniquement parlant, et on retrouve du thé du labrador non seulement en Amérique du Nord, mais même en Europe. Il pousse dans différents environnements (milieux humides et acides comme les tourbières, les sites perturbés, les sapinières, etc.). Aux Îles-de-la-Madeleine, plusieurs milieux naturels sont adaptés pour cette plante…Peut-être l’avez-vous déjà l’aperçu ? Comment la reconnaître ? C’est un arbuste de taille moyenne qui peut mesurer un peu plus d’un mètre de haut. Par contre, aux Îles, il est fréquent de le retrouver sous une forme plutôt rabougrie, surtout dans les milieux exposés au vent. La plante se regroupe parfois en buissons dispersés dans son milieu. On reconnait cette espèce par ses feuilles foncées, épaisses, légèrement roulées sur les bords et allongées avec un duvet blanc (nouvelles feuilles) ou orangé (plus vieilles feuilles) en-dessous, ainsi que ses fleurs blanches.


Il est bon à savoir que le thé du labrador ressemble et pousse souvent dans le même milieu que le Kalmia à feuille étroite qui est une plante toxique. Celle-ci a toutefois des fleurs roses. Assurez-vous de pouvoir bien différencier les deux espèces!


Cueillette responsable Comme toute plante sauvage que l’on cueille, il faut s’assurer de faire une récolte durable. Les méthodes et les temps de cueillette varient énormément d’une source à l’autre. Il n’y a pas de consensus. On pourrait la récolter à l’année, même sous la neige pour les plus motivés! En général, sa récolte est faite à la fin de l’été ou à l’automne. Pour permettre une bonne régénération des plants, il est suggéré de cueillir à la main seulement les rangées de feuilles inférieures qui, de toute manière, tomberont d'elles-mêmes. Ces feuilles sont souvent moins belles que celles du haut, mais elles sont tout aussi comestibles ! Cueillir les feuilles du hauts, plusieurs années de suite, risque de tuer le plant. De toute manière, les jeunes feuilles ont apparemment moins de saveur! (Certains consomment les fleurs, coupent les premières rangées de feuilles au sécateur, etc., mais ce ne sont pas des méthodes de récolte qui sont à privilégier, selon nous). Cueillir de manière responsable, soi-même, sa consommation personnelle de thé du labrador, favorise une gestion durable de la ressource. Le thé du labrador est de plus en plus populaire et une cueillette abusive des plants nuirait à la pérennité de l’espèce.

Comment la consommer?


Étant donné les propriétés thérapeutiques multiples qu’on lui attribue et son usage traditionnel, elle est possible de la consommer de différentes manières. La feuille peut être fumée, utilisée en compresse, etc. L’infusion des feuilles fraîches ou séchées reste la méthode classique.

Attention ! Avant de la consommer, informez-vous afin de savoir si la plante ne présente pas un risque en lien avec votre état de santé, car de nombreuses contre-indications sont soulevées. À consommer avec modération !


1 vue

© 2018 par la Société de conservation des Îles-de-la-Madeleine avec Wix.com

No d’enregistrement d’organisme de bienfaisance : 871818647 RR0001